Rapporter un commentaire

Cet article est intéressant. J'ai néanmoins l'impression que son auteur en rate les principaux enjeux. Les enjeux idéologiques notamment, c'est-à-dire les valeurs sous-jacentes du revenu de base inconditionnel. Je suis d'ailleurs surpris de voir des références de Rudolf Steiner dans cette critique du RBI car c'est, en Suisse, également de la mouvance anthroposophique qu'est issu l'initiative sur laquelle les citoyens helvétiques se prononceront l'année prochaine. Dès lors, je peux entendre que structurellement le RBI ne change pas radicalement du système économique actuel, par contre, la redistribution des forces dans ledit système est complétement changée, ce qui signifie, si l'on comprend les causes profondes du néolibéralisme, que le RBI est un changement profond de paradigme. Ce qui permet aujourd'hui au capitalisme d'exister c'est la suprématie écrasante du capital sur le créateur de valeur, c'est-à-dire sur le travailleur. Le RBI change ce rapport de force car le travailleur ne peut plus subir de pression comme c'est le cas aujourd'hui. La pression en l' occurrence pour la classe moyenne et la classe défavorisée c'est la peur, l'humiliation, réelle ou pas, de la perte d'emploi. La stigmatisation sociale et morale de "tomber" au chômage ou pire à l'aide sociale permet au capitale l'exploitation, l'aliénation et la destruction de ce que seul à réellement une valeur pour l'homme, son temps de vie. Dans la proposition suisse du RBI, il est écrit que le montant versé inconditionnellement sera non pas de 2'500.- comme l'indique l'auteur (qui ne semble pas avoir réellement étudié son sujet) mais d'un montant suffisant pour assurer la dignité et la participation à la vie publique. Dès lors, ce montant devra être en permanence adapté pour en remplir son rôle. Enfin, et non des moindres, le RBI permettra à ceux qui le veulent, de sortir de la logique de la compétition, elle aussi fondatrice du système dominant. Si vous ne pouvez plus monter les hommes contre les hommes parce qu'il n'y a pas assez de "bonnes" place pour tout le monde mais qu'un montant assure à vie et à tous de pouvoir choisir librement ce qu'il vont faire de leur existence, alors vous mettez dans la machine infernale, qui tire actuellement notre monde vers son extinction, un grain de sable si subversif et solide que ses conséquences sont ma fois difficiles à imaginer. (il suffit pourtant de se pencher sur les différentes expériences à taille réelle du revenu de base pour commencer à en comprendre l'étendue de ses ramifications, elles sont légions).