01 Les forces animant la vie sociale…

att! Cet article fait partie d'une série de 14 articles ordonnés selon une suite logique, à lire idéalement dans l'ordre de leur numérotation. Débuter sa lecture sans lire les articles précédents, peut s'avérer être une mission impossible! Téléchargez les 14 articles en un document PDF unique en cliquant ici ou lisez-les en ligne.


 

Si nous prenons l'organisme humain, nous rencontrons trois systèmes juxtaposés dont chacun agit avec une certaine indépendance, obéissant à des modes de fonctionnement qui leurs sont propres :

− Le système neurosensoriel (vie nerveuse et des sens) essentiellement localisé dans la tête.

− Le système rythmique qui comprend la respiration et la circulation sanguine.

− Le système métabolique qui comprend les organes de la nutrition, de l'assimilation et du mouvement.

Nous pouvons remarquer qu'une bonne coordination de l'activité autonome de ces trois systèmes assure la santé à l'organisme.

Si nous observons maintenant l'ensemble de la vie sociale, nous pouvons constater que celle-ci est « organiquement » formée de trois sphères d'activité interdépendantes mais qui obéissent néanmoins à leurs propres lois. On peut parler d' « organisme social ».

Attention, le but de la comparaison avec le corps humain n'est pas de transposer à la vie sociale une vérité conforme aux lois de la nature mais à ressentir ce qui est viable en observant l'organisme humain et de l'appliquer ensuite à la société humaine.

 

Nous pouvons caractériser ces trois parties comme suit : 
La vie économique : elle concerne la production, la circulation et la consommation des biens et services.
La vie juridique-politique : Il s'agit du domaine du droit, de la vie de l'État.
La vie culturelle (ou spirituelle) : il s'agit de la vie culturelle dans tous ses aspects : activité scientifique, littéraire et artistique, activité religieuse, l'éducation, ...

 

À partir de cette distinction entre les trois parties de l'organisme social, Rudolf Steiner s'interroge sur les domaines propres d'application des trois termes de la devise républicaine : Liberté, Égalité, Fraternité.

Les hommes qui ont exigé (à la fin du 18ème siècle et ensuite) la réalisation des trois idéaux de liberté, d'égalité et de fraternité pouvaient ressentir obscurément ces forces évolutives de l'humanité nouvelle mais ne pouvaient en même temps surmonter leur croyance à l'État unitaire (caractérisé par une centralisation au sein d'une même structure des trois domaines d'activités vu plus haut) au sein duquel ces trois impulsions ne peuvent entrer qu'en contradiction.

 

Il s'agit de reconnaître que ces trois principes de la révolution sont antinomiques entre eux si on tente de les appliquer dans tous les domaines de la vie. La lecture de l'histoire conduit à constater que c'est presque toujours l'empiétement d'un domaine sur les autres, ou l'application d'un principe non adéquat à une partie de la vie sociale, qui est responsable des conflits, voire du chaos.

domination-economie

 

La liberté sans frein appliquée au domaine de l'économie a des conséquences insupportables pour le corps social.  Par exemple, lorsque pour minimiser les coûts, l'économie impose le travail des enfants (jusqu'à 12 heures par jour !) ou encore lorsque l'environnement en est gravement et durablement pollué.

Ce qui est également malsain consiste à utiliser le pouvoir économique pour imposer ses propres intérêts au droit public sous forme de lois.

 

Mais il en va de même si l'on veut soumettre totalement l'économie à l'État et à un principe d'égalité qui ne correspond pas à ce qui se déroule dans cette sphère de la vie sociale. Les processus économiques ne sont pas réglés par voie de scrutin démocratique mais par le langage des besoins. Au sein du circuit économique, l'un sert les intérêts particuliers de l'autre en fonction de ses compétences.

De plus, on ôte l'efficacité et la mobilité à la vie économique si celle-ci est gérée par une administration étatique.

domination-etat

L'application du principe d'égalité au domaine culturel serait tout aussi dénuée de sens que celui de la liberté au domaine du droit. Rendre l'école accessible à tout le monde est une chose mais imposer un programme pédagogique officiel comme un « moule » entrave le libre développement des facultés individuelles. La vie culturelle ne doit pas être au service de l'État ou de l'économie.

 

Enfin, il ne s'agit pas d'utiliser l'autorité du savoir ou des préceptes religieux pour imposer des lois ou s'assurer des privilèges économiques.

 

domination-preceptes-religieux

Les trois idéaux de la révolution française ne peuvent se réaliser qu'au sein d'un organisme social tri-articulé répondant à une triple exigence :

La socialisation de l'ordre économique. Etant donné la complète interdépendance des acteurs dans cette sphère d'activité, le fondement de la vie économique repose sur la fraternité, via la création d'associations économiques regroupant producteurs, distributeurs et consommateurs.

La démocratisation de la vie politique. Dans le domaine du droit civique dont l'État a une responsabilité particulière, la recherche porte sur la réalisation de l'idée de l'égalité.

La liberté de la vie culturelle.  Une vie culturelle autonome et autogérée sera seule capable de féconder et de régénérer continuellement les autres domaines de la vie sociale.

Ainsi, pour agir sainement, l'ensemble social formera de manière organique trois éléments autonomes se soutenant l'un l'autre par le fait que chacun a son autogestion spécifique issue de ses forces particulières.

Ces trois domaines ne sont plus centralisés au sein d'un État unitaire qui les règlemente. Seules des institutions garantissant à chacun de ces domaines le plein épanouissement de ses lois propres, sans ingérences réciproques, permettront de voir les problèmes sous leur vrai jour et de leur appliquer les traitements efficaces parce qu'appropriés à leur nature.

Au sein de cet organisme tri-articulé, au lieu d'être confiné dans une classe sociale, chaque homme sera enraciné dans chacune des trois parties et établira des liens entre elles.

liberte-egalite-fraternite

 

AVERTISSEMENT : la question sociale est en soit très complexe.  Les concepts de la triarticulation sociale (encore appelée tripartition sociale ou trimembrement social) constituent un outil pour en saisir l'essentiel, et sur cette base, pour en comprendre les détails et agir localement.  Les divers auteurs des articles publiés sur ce site tentent de les expliciter et d'en proposer des applications pratiques.  Leur compréhension du trimembrement de l'organisme social est susceptible d'évoluer avec le temps.  Les auteurs peuvent évidemment aussi se tromper dans leurs interprétations.  Le risque d'erreur fait partie de toute démarche de recherche!
Nous ne pouvons dès lors qu'inviter les lecteurs à prendre connaissance des concepts à leur source, c'est-à-dire dans les ouvrages de base
(voir la bibliographie sommaire).

 

Cet article Licence Creative Commonsest mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.  Vous n'avez pas le droit d'en faire une utilisation commerciale, ni de le modifier, de l'adapter ou de le transformer.  Toutefois, vous êtes libres de partager, reproduire et communiquer le présent article, à la condition de mentionner sa source (le site www.tri-articulation.info et le cas échéant, l'auteur de l'article), sans suggérer que vous ou votre utilisation de l'article êtes approuvés.  N'importe laquelle des conditions ci-dessus peut-être levée, si vous avez l'autorisation du titulaire des droits.

 

 symbole-triskell
2017 - Mouvement pour la tri-articulation sociale - www.tri-articulation.info
 

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire jeudi, 29 décembre 2016 13:06 Posté par Vanpoulle

    Bonjour,
    vous parlez de "mouvement" pour la tri-articulation sociale...
    J'aimerai savoir comment je peux m'y relier, y participer....
    Etant un chercheur et expérimentateur pratique de la question...( je suis biodynamiste arboriculteur depuis 25ans, et co-animateur d'un grand salon ecolo humaniste "Ille et Bio"...pensé comme un élément vivant des nécéssaires "pôles culturels libres" capables d'influencer la vie politique et la vie économique)
    http://www.illeetbio.org
    8 à 12000 visiteurs annuels
    Je vis en Bretagne, près de Rennes.

    Quelques suggestions :
    -- serait-il possible que certains des articles soient partageables sur facebook ?pour les diffuser plus facilement
    --comment faire un espace plus participatif ?
    --comment moins préciser certaines choses ( issues de 1919...ou trop extérieures à notre monde actuel) pour être plus dans l'essence de la vie sociale....( cf par exemple un petit livre super publié chez apma sur les germes de la tri-articulation sociale)
    --comment se relier à d'autres mouvements de la société civile, comme la bio arrive maintenant à le faire,
    --comment faire des vidéo "you tube" courtes et diffusables de manière "virale"...Par ex sur des concepts clés ( le travail n'est pas une marchandise / vue organique de l'organisme social/ débat revenu de base...salaire à vie...autres émancipations du travail vis à vis de la marchandisation / fraternité égalité liberté/ ...
    --comment déja apprendre à regarder la société sous les 3 angles culturels, économiques et politiques juridique et reconnaitre les évolutions qui vont dans les bonne s directions ou mauvaises
    --comment se relier aux nouveaux mouvements de conscience, aux nouveaux paradigmes qui traversent de plus en plus la société ( presencing institute, colibris, créatifs culturels, développement personnel, ....)
    --comment utiliser des mots compréhensibles à chacun sans forcément une culture anthroposophique
    --les approches de Nicanor Perlas et Otto Scharmer sont pour moi très fécondes , j'ai l'impression qu'elles sont peu mises en avant sur votre site ( que je n'ai pas relu depuis un moment)... Je pense que la tri-articulation sociale a a gagner à des approches diverses et complémentaires. Justement pour être adaptée à notre époque et surtout pouvoir irriguer un certains nombres de secteurs progressivement..

    merci à vous
    Bonne année 2017
    Frédéric

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire mercredi, 07 décembre 2016 19:39 Posté par Alex

    Jamais ô grand jamais la tripartition sociale est démocratique.
    Elle est républicaine, sociocratique même cad organisée
    La démocratie est une force contraire et opposée à la tripartition sociale parce qu'elle exclut une minorité.

    Rapporter

Laissez un commentaire