Triarticulation sociale (général)

Die Kernpunkte der Sozialen Frage

 

Rudolf Steiner a posé en 1919 les bases conceptuelles de la triarticulation sociale, dans son oeuvre principale relative à la question sociale, Kernpunkte der sozialen Frage (Aspects fondamentaux de la question sociale - 1919).

La table des matières de l'ouvrage est la suivante :

 

Nous ne reproduisons sur le présent site Internet (ci-dessous) que les chapitres 2, 3 et 4 de cet ouvrage. Ils ont été traduits de l'allemant en langue française par un groupe d'étude. Cette traduction française a ensuite été révisée par Sylvain Coiplet en 1999-2001.

 

Note de l'éditeur : L'article ci-dessous est partiellement copié-collé de l’article de Wikipédia en français intitulé "Tripartition sociale" à la date du 31/07/2019, lequel est lui-même partiellement issu de l'article en allemand intitulé « Soziale Dreigliederung ». Nous copions-collons ici cet extrait d'article de Wikipedia car:

  1. Il communique une image d'ensemble résumée assez fidèle de la tripartition de l'organisme social (ou tripartition sociale, triarticulation sociale, de l'allemand Dreigliederung des sozialen Organismus ou soziale Dreigliederung) qui est un concept d'organisation de la société développé par Rudolf Steiner (1861-1925) entre 1917 et 1922;
  2. Les communications de trolls, mensonges et calomnies de toutes sortes se développent de manière exponentielle sur Internet, y compris wikipedia, et il y a lieu de garder une trace de cette image relativement fidèle avant qu'elle ne soit déformée par divers activistes du mensonge... ce qui peut survenir à tout moment ;-)

Stéphane Lejoly

L’écrit suivant est inspiré par la vision de Rudolf Steiner, qui a élaboré il y a un siècle une triarticulation de l’organisme social. Celle-ci vise à incarner les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité, ayant émergé lors de la Révolution française de 1789.

(...) « vous pouvez vous apercevoir qu’existe non seulement en France, mais dans d’autres pays aussi, une aspiration extrêmement grande pour que la société civile, prise dans son ensemble, s’empare des questions qui la concernent, et que ces questions ne soient pas seulement réglées de manière extérieure. » (...)

(...) « Nous allons vers une transformation, il y a tellement de choses qui germent un peu partout dans le champ social ; inévitablement à un moment, des changements vont prendre racine » (…)

Du réalisme sociologique de Rudolf Steiner

Sur le plan des concepts, l'impulsion de la triarticulation sociale n'a pu pour l'instant s'affirmer nulle part (exception faite des cercles anthroposophiques). Mais, paradoxalement dans le domaine des réalités elle est active. Rudolf Steiner a insisté là-dessus en toute netteté.

Dans un discours du 21 avril 1919 à Stuttgart, destiné à inaugurer l'action publique en faveur de la triarticulation, il dit :

"L'évolution de l'humanité a déjà véritablement réalisé dans les faits, lesquels échappent au regard des gens, une grande part de cette triarticulation sociale; simplement, les hommes ne s'adaptent pas à ce qui devient réalité."

Le trimembrement de l'organisme social

L’Économique, le Juridique, le Spirituel

Pour un organisme social tri-articulé
Une série de Bernard Bonnamour

 

99 ans après la naissance de la Tri-articulation sociale (Dreigliederung), sort le premier film exhaustif consacré aux idées sociales de Rudolf Steiner. Aujourd’hui, saurons-nous enfin tirer partie de ce qui constitue, pour l’humanité en péril, une authentique “troisième voie” ?

 

Du 7 au 13 mars 1919 se tint à Berne le Congrès de la Société des Nations auquel Rudolf Steiner était invité. À cette occasion, c’est-à-dire en marge du déroulement officiel, il donna le 11 mars dans la grande salle du conseil à l’hôtel de ville de Berne une conférence[i] sur les aspects fondamentaux d’une société des nations, au cours duquel des notables furent aussi invités.

Nous publions ici un extrait de cette conférence au cours de laquelle Rudolf Steiner montre que la triarticulation de l’organisme social n’est pas une vue de l’esprit ou une théorie, mais qu’elle constitue un fait. « Et une seule question peut se poser : comment peut-on agencer cette triarticulation de manière adéquate afin qu'il n'en sorte pas un organisme social malade mais en bonne santé ? »

 

Un article du journaliste indépendant Martin Bernard, publié sur son site

 

En France, les élections départementales viennent de se terminer. Que reflètent-elles de l’état de vitalité de la politique française ? La structure profonde du système politique actuel est-elle capable de répondre aux défis urgents auxquels le pays est confronté ? Esquisse sur la nécessaire implantation d’un modèle triarticulé de la société.

 

Dans les mois qui suivirent la fin de la Première Guerre mondiale, Rudolf Steiner entreprit de faire connaître en Allemagne les principes d’une tri-articulation de l’organisme social. Fait intéressant, des similitudes existent entre les conceptions du philosophe autrichien et celles de plusieurs grands penseurs de l’anarchisme. Cent ans après son émergence publique, la tri-articulation sociale reste plus que jamais d’actualité. Sa réalisation pratique permettrait à l’Europe de faire face de façon créative aux enjeux sociaux qui se posent avec de plus en plus d’acuité.

{Note de l'éditeur du site : outre la mise en relief de liens (similitudes ou divergences) existant entre tri-articulation de l'organisme social et diverses conceptions de l'anarchisme, cet article met aussi  en évidence des éléments de contexte sociaux et historiques concomitants à l'émergence de la tri-articulation}.

 

 

1Reconnaître l'existence de ces trois domaines : vie économique, vie juridique et vie culturelle, cette reconnaissance devant être particulièrement accentuée pour la vie culturelle qui est aujourd’hui asservie par l’économie et le droit. Concrétiser cette reconnaissance par la mise en place d’une autogestion dans chacun de ces domaines.

 

2Assurer l'autogestion de la vie économique via la formation de groupements composés de consommateurs, producteurs et distributeurs. Ceux-ci ont pour objectif de fixer les prix, de régler la production, la circulation et la consommation de biens et services. Cela se fait de la manière la plus avantageuse possible pour l'ensemble des parties, sur base de la compréhension directe des besoins de chacun.
De tels groupements, aussi appelés aussi «associations économiques», sont des organes de perception de la vie économique, permettant notamment la prise de conscience que chacun travaille pour les autres et que personne ne travaille pour lui même.

 

3Créer une sphère juridique autonome réglementant les rapports juridiques, le Droit. La vie juridique concerne ce qui touche les hommes de la même manière, ce qui fait de l'homme l'égal de tous les autres indépendamment de ses facultés individuelles ou de sa situation économique. Elle repose sur une organisation politique-juridique réellement démocratique. La vie économique compte sur ces rapports juridiques élaborés démocratiquement comme des conditions préalables à toute activité économique.

 

4Assurer la liberté et l'autogestion de la vie culturelle (activité scientifique, artistique, religieuse, l'éducation, ...), source intarissable d'impulsions sociales de l'individu agissant dans la vie sociale, y compris dans ses domaines économiques et juridiques. Donner à l'organisation politique-juridique et à l'économie des formes s'harmonisant avec les exigences d'une sphère culturelle libre.